WordPress : Réalisez très simplement un site multilingue avec WPML

De nos jours, nous rencontrons de plus en plus de sites Web multilingues. Cela semble simple à mettre en place et même aller de soi, encore faut-il avoir les bons outils.

Que faut-il considérer lorsque l’on développe un site multilingue ?

  • Ai-je besoin d’un rapport 1:1, c'est-à-dire qu'à chaque page du site correspond une page dans l'autre langue (ou les autres langues) ?
  • A contenu équivalent, faut-il une URL propre à chaque langue ? Ai-je besoin d’un nom de domaine différent pour chaque langue (par ex site-web.fr pour le contenu en francais et website.com pour la version en anglais) ?
  • Ai-je besoin d’un sélecteur de langue ? Le sélecteur renvoie-t-il sur la page traduite correspondante ou sur la page d’accueil de la langue choisie ? Le visiteur doit-il être redirigé automatiquement vers le contenu correspondant à la langue de son navigateur ?
  • Les résultats d’une recherche doivent-ils uniquement afficher ceux de la langue dans laquelle la recherche a été faite ?
  • Le code source du site indique-t-il la langue pour les moteurs de recherche ?
  • Est-ce qu’une équipe qui travaille sur les contenus d’une langue a accès aux contenus des autres langues ou est-ce que les accès sont séparés ?

WordPress et le multilingue en général

Il est important de savoir que WordPress ne possède pas, à l’origine, de fonction pour le multilinguisme du moins, pas directement.

Par le biais du mode Multisite (network) qui permet la création de sous-sites plus ou moins indépendants, il est possible d’utiliser les sous-sites comme des variantes linguistiques. Plus de détails par rapport à cette option plus loin dans cet article.

WordPress propose donc la création de sites multilingues via plugin : nous pouvons en citer quelques uns comme WPML (sans doute le plus populaire, payant), Polylang (freemium) ou encore MultilingualPress (payant).

Multilingue : la méthode manuelle sans outils

En théorie, un site Web multilingue peut être réalisé sans plugins et avec quelques efforts de programmation : les variantes linguistiques sont créées comme des pages principales, par exemple, « de » et « fr » Les pages des variantes sont alors créées dans chacune des langues en sous-pages de « de » et « fr ». Pour que les menus allemands ou francais soient affichés au bon moment, il faut modifier le/s template/s et ajouter un « aiguillage » qui permet d’afficher tel ou tel menu selon la racine de l’arborescence (« de » ou « fr »).

Aussi faut-il rajouter dans ses templates les markups HTML qui identifient la langue affichée pour que les moteurs de recherche puissent indexer les contenus correctement. En ce qui concerne les widgets, il existe des plugins comme par exemple Content Aware Sidebars qui permet d’afficher des widgets selon des critères choisis ; ainsi il est possible d’indiquer que telle page affiche un widget à contenu allemand et une autre, dans la même sidebar, un widget à contenu français.

Mais ne nous attardons pas trop sur cette option pour créer un site multilingue, ce n'est pas vraiment pratique. Surtout, la chose se complique lors de l'utilisation de WooCommcerce par exemple...

Multilingue avec WordPress multisite

Comme nous l'avons décrit ci-dessus, le mode Mutlisite de WordPress est une option à part entière pour créér des sites multilangues.

Pour ce faire, il faut installer WordPress en version multisite. Ce n'est pas difficile, mais les installeur 1-click que les hébergeurs proposent dans leurs Packs ne sauraient le faire. Ainsi, il ne faut pas hésiter à mettre la main à la pâte (!) ou éventuellement demander à l’agence de votre confiance de vous aider ;-).

Une fois Multisite mis en place, on découvre d’emblée une des grandes différences par rappport à la version standard de WordPress : il existe un Super-Admin. Le Super Administrateur peut accéder aux autres sous-sites et installer des thèmes et plugins. Les « Admins » normaux sont responsables du sous-site qui leur a été attribué, mais ils ne peuvent pas installer des plugins comme des thèmes WordPress, ils ne peuvent qu’activer ou désactiver les plugins et themes installés par le Super Administrateur. Aussi il est important de savoir, à ce stade, que tous les plugins ne sont pas compatibles au mode Multisite.

En tant que Super Administrateur créons par exemple, 2 sous-sites, l’un en « de », l’autre en « fr » et nous définissons deux équipes qui gèrent les deux sous-sites. Les mêmes utilisateurs peuvent avoir accès aux 2 sous-sites, ou seulement à l’un des deux. Cette séparation des accès est une fonctionnalité demandée par certains propriétaires de sites Web : des équipes distinctes pour des variantes linguistiques distinctes. Il est clair qu'une telle fonctionnalité est plutôt intéressante pour les grandes entreprises ou du moins celles avec des flux de travail strictement définis.

Cette séparation en sous-sites a l’avantage de maintenir des sites assez indépendants, mais en même temps, l’inconvénient est que, avec le temps, les deux sous-sites peuvent évoluer trop différemment et donc ne plus correspondre aux lignes marketing.

Pour connecter deux sous-sites, il existe différents plugins comme par exemple Multisite Langue Switcher, qui permet entre autre d’attribuer à chaque page sa correspondance dans l’autre sous-site (ou sous-sites)

Le multilangue avec WPML

Concentrons-nous maintenant sur le coeur du sujet de l'article : WPML (WPML = WordPress MultiLingual). Je ne vais pas vous expliquer en détail toutes les fonctionnalités du plugin, nous allons nous focaliser sur l’essentiel.

Contrairement au mode multisite, WPML ne demande pas de préparation particulière de WordPress, c’est-à-dire qu’il n’est pas indispensable de prendre des mesures très en avance dans le temps. Certes, pour revenir sur l'option « Multisite », il est possible de convertir un site WordPress „normal“ en version multisite en important les contenus dans un sous-site, mais c’est assez compliqué et sujet à erreur.

WPML est composé de plusieurs modules, il n’est toutefois pas indispensable de tous les installer. Le module principal est « WPML Multilingual CMS » – dans bon nombre de cas, d’autres modules seront nécessaires tels que "WPML String Translation", "WPML Translation Management", "WPML Sticky Links" et "WPML CMS Nav".

Paramétrage de base

Une fois installé, vous définissez les langues supplémentaires qui doivent être créées. Vous pouvez définir différents paramètres tels que :

  • la langue par défaut
  • l’affichage des variantes de langue dans l’URL en sous-dossiers ( "/ de", "/ fr") ou en tant que paramètre GET ( "?lang=de", "?lang=fr").
  • le sélecteur de langues : s’agit-il d’une liste de langues cote à cote ou d’un menu déroulant ? Veut-on afficher des petits drapeaux ?
  • La redirection automatique sur le contenu de langue du navigateur du visiteur

Doublement des pages WPML pour traduction

Une fois les paramétrages de base sélectionnés, il est temps de passer aux traductions : les pages et les articles peuvent être proposés à la traduction d’un simple clic de souris (en copiant ou non le contenu). Une fonction intéressante consiste à lier le contenu d’une langue à sa traduction, ainsi, vous serez averti des changements effectués dans la version originale afin de mettre à jour la traduction.

Menus spécifiques à une langue

Il ne suffit pas de traduire que les pages du site. En effet, les menus doivent être également affichés traduits automatiquement dans la langue sélectionnée : facile avec WPML. Soit vous utilisez la fonction de synchronisation (Synchronisation du menu) qui crée automatiquement tous les menus nécessaires, il ne reste plus qu’à traduire les titres ou vous créez directement un nouveau menu de navigation, sélectionnez la langue et indiquez à quel menu cette traduction correspond.

Et bien d’autres fonctionnalités

Sans entrer dans les détails, notez que WPML a des modules pour une traduction optimisée :

  • Gravity Forms (un plugin payant pour la création de formulaires)
  • Différents « page builder » : les „page builder“ sont des plugins qui remplacent l'éditeur visuel de WordPress ; ils permettent de créer facilement des mises en page complexes dans la zone de contenu. Parmi les plus populaires, citons un plugin gratuit SiteOrigin Page Builder ou encore Visual Composer (payant).
  • WooCommerce : l’extension e-shop pour WordPress

Avec SaaS Web, utilisez gratuitement WordPress WPML

Depuis longtemps, nous offrons l'utilisation de différents plugins sous licence au prix de l’hébergement de WordPress managé par SaaS Web. En plus de WPML, les plugins Gravity Forms et SearchWP - fonction de recherche améliorée - et la version Pro du plugin « Newsletter » sont également disponibles sans surcoût.